• 20 artistes contemporains  face aux défis de ‘’L’homme au centre des intérêts’’

    Les manifestations socioculturelles de la deuxième édition du Festival des arts de la rue d’Assinie (Fara) ont effectivement débuté le 04 novembre dernier au siège de la fondation ‘’La maison de l’artiste’’ avec vingt artistes contemporains, venus de dix  pays d’Afrique et d’Europe,  qui créent des œuvres  face aux défis de ‘’L’homme au centre des intérêts’’.

  • Issa Koné fait le bilan à mi-parcours

    Le président de la fondation ‘’La maison de l’artiste’’, Issa  Koné a fait le bilan à mi-parcours pour apprécier niveau de réalisation des objectifs poursuivis dans la mise en œuvre du festival des arts de la rue d’Assouindé. C’était le vendredi 26 octobre dernier en présence de plusieurs invités.

  • Plus jeune des artistes contemporains en résidence de création, au Festival des arts de la rue d’Assinie (Fara), le Béninois Friggens Tossou (22ans) fait bonne figure et impressionne par l’ingéniosité de ses créations, même si cette aventure est la toute première du genre dans sa carrière artistisque.

  • « Le Fara est bien parti pour annoncer le marché des arts visuels contemporains en Afrique »

    Sept jours après le démarrage des activités du Festival des arts de la rue d’Assinie (Fara), notamment la résidence de création des artistes contemporains, Issa Koné, président de la fondation ‘’La maison de l’artiste’’ fait un tour d’horizon de l’essentiel à retenir de la deuxième édition de cet évènement.

  • Le Showroom Charly d’Almeida ouvert en plein centre de cotonou

    Inauguré le 19 décembre 2018, le Showroom Charly d’Almeida se veut être un espace de promotion de l’art contemporain béninois et africain. L’inauguration a connu la présence du ministre de la culture, Oswald Homeky. Les plasticiens Romuald Hazoumè, Dominique Zinkpè, Tchif, Marius Dakpogan, et Ousmane Alédji, fondateur du centre culturel Artisttik Africa étaient également de la partie.

  • « Le marché de l’art contemporain de la Côte d’Ivoire est un petit cercle fermé »

    Française et Suisse, Joëlle Sylvestre s’évertue depuis plusieurs années à encourager d’une part les jeunes créateurs d’art contemporain de la Côte d’Ivoire, et d’autre part, à promouvoir  leurs diverses créations artistiques de ce pays. Un véritable engagement ayant germé avec l’initiative qui donne vie au Festival des arts de la rue d’Assouindé (Fara), dont les premières activités ont débuté ce vendredi 12 Octobre 2018. Cette une activité qu’elle mène entourée de son équipe constituée de personnes dynamiques dont Issa Koné. A travers cet entretien, elle fait le tour d’horizon des réelles ambitions de ce projet.

  • Rafiy Okefolahan est un artiste peintre et performeur troubadour qui s’expose à Paris, Hong-kong, Bruxelles, Londres, Kampala et Dakar. Son génie pictural, l’art de noyer dans la terre chaude les maux de la société humaine. Son travail est mouvement, battement de cœur, dominance de couleurs primaires. Son actualité : encagoulé et perché sur un vieux vélo retapé, muni d’un panier entre deux âges, il arpente, au rythme de la musique, les pavés, l’asphalte et les bas-fonds de Cotonou, sa ville natale, où il recueille chez ceux qui le désirent, dans les rues, les bureaux, les maisons, les services et les marchés, un mot positif qu’il promet de confier à l’utopie afin que cela advienne. Une performance qui prolonge son exposition dénommée « Mots Magiques » en cours à La Maison rouge de Cotonou.

Sur facebook

Sur Twitter