« Le livre vient confirmer la force, l’intelligence et le travail des artistes contemporains béninois »

Artiste avant-gardiste, Dominique Zinkpè continue d’émerveiller plus d’un au Bénin, dans la sous-région et à l’international. Et ceci, à travers l’immensité hors norme de ses idées, ses créations et ses projets artistiques et culturels. Il vient de frapper encore plus fort. Avec une constante dynamique, où la postérité est appelée à découvrir, à exploiter et à s’inspirer pour parfaire leurs diverses créations. Il s’agit du livre intitulé « Artistes contemporains du Bénin- Artistes du monde ». L’idée de cet ouvrage émane de Dominique Zinkpè avant de se concrétiser grâce aux efforts consentis par l’auteur, André Jolly, et le soutien financier et technique de Bob Vallois, galeriste français. Zinkpè expose ici l’origine de cette pensée et affiche sa grande satisfaction.

Cet ouvrage est comme pour vous aujourd’hui un rêve réalisé. Quelles sont vos impressions au terme de la cérémonie officielle de sa présentation ?

Il faut avouer que l’idée de ce livre était partie d’un rêve issu d’une frustration. Parce que les plasticiens béninois ne sont pas dans de beaux livres. On ne reconnait pas trop leurs travaux. C’est au regard de ces observations que l’idée du livre a véritablement pris corps. Nous célébrons cette consécration aujourd’hui. Je suis très heureux. Parce que Monsieur Bob Vallois nous a attendus, accompagnés et consacré son énergie pour mettre en lumière les artistes contemporains béninois. Monsieur André Jolly, l’auteur du livre a fait un travail formidable. Ma satisfaction va au-delà de mes attentes parce que l’auteur de ce bel ouvrage a réussi à rassembler tous les médiums de l’art contemporain. Au total 82 créateurs béninois résidant au Bénin et aussi ceux de la diaspora sont répertoriés dans ce livre. Cela fait, non seulement, un beau panel et une belle prestation de ce qui se crée aujourd’hui, mais aussi ce qui était crée hier. Le bonus dans ce livre, nous avons des artistes majeurs qui continuent de travailler. Il s’agit de nos aînés ainsi que nos jeunes artistes. La célébration de cette initiative nous démontre que l’art contemporain béninois est une grande puissance. Le livre nous permet de constater les 30 années de parcours d’art contemporain au Bénin qui continuent encore. C’est une fierté d’avoir un regard ou une opinion sur l’art contemporain béninois à travers cet ouvrage. Je renouvelle mes sincères remerciements à André Jolly, sans oublier le Conseiller technique du ministre chargé de la culture, Florent Couao-Zotti, les différents photographes et les artistes contemporains béninois ayant participé à la concrétisation de ce projet. Ce qui est fabuleux dans cette aventure, c’est bien sûr un défi qui vient être relevé. Quand le livre est paru, j’ai reçu beaucoup d’échos honorant les artistes contemporains. J’ai même appris que le Sénégal n’a pas encore réussi à avoir un gros livre comme le nôtre, regroupant les artistes contemporains du Sénégal. Le Bénin a eu cette chance. Mes petites énergies, mes pensées, l’acception de monsieur Vallois et le travail colossale de monsieur Jolly m’ont aidé à arriver au point où le livre est paru et j’en suis complètement fier.

Vous avez organisé une exposition collective des œuvres de certains artistes honorés dans cet ouvrage à l’institut français du Bénin. Quelle est l’idée cachée derrière cette initiative alors que le public n’était convié, au départ, qu’à la présentation officielle du livre ?

Vous savez, Monsieur Vallois est un homme très humble. Il m’a guidé et œuvré beaucoup pour la réalisation de ce livre. Tout le monde sait qu’il a propulsé la création de l’espace culturel et artistique « Le Centre ». Pour moi, il faut modestement accompagner cette énergie par une plus grande visibilité. J’ai souhaité que cela soit à l’institut français du Bénin en accord avec la directrice dudit institut et ses collaborateurs. Je souligne au passage qu’il aura des déclinaisons de cette exposition collective concernant une autre série des artistes contemporains du live à l’espace « Le Centre » sous ma direction. Pour l’instant, c’est l’apothéose. La célébration des artistes plasticiens contemporains béninois, non seulement, à travers un livre mais aussi par une exposition physique. Ce n’est pas une comparaison mais pour faire remarquer l’énergie, la force et le talent des artistes contemporains béninois, qui se communiquent et se conjuguent.

Outre le fait que vous prenez part à cette exposition collective à travers vos œuvres, vous assurez en plus le commissariat. Cette nouvelle tâche est-elle facile pour vous ?

J’avoue que la tâche n’a été facile pour moi. Parce que je découvre que les artistes contemporains tels que Sébastien Boko, Charly d’Almeida, Prince Toffa et Kifouli Dossou créent tous les jours malgré la pandémie de la Covid-19 et la situation économique. Notre chance est qu’ils continuent de créer et restent en phase avec le livre. Cette disposition illustre bien l’engagement des artistes contemporain du Bénin. En dépit des problèmes économiques, des œuvres fabuleuses se créent. Je suis sidéré de remarquer à nouveau le potentiel  des artistes contemporains du Bénin. Lorsque la directrice de l’institut français du Bénin m’a donné la tâche du commissariat de cette exposition, je me suis offert aux miens. Je suis en célébration encore une nouvelle fois. C’est important de montrer et de partager avec la population béninoise les créations contemporaines. Le livre vient accompagner et confirmer la force, l’intelligence et le travail studieux des artistes béninois.

Que diriez-vous pour clore cet entretien ?

Vous savez, je reviens encore aux artistes contemporains béninois. Ils sont forcés au respect ; ils travaillent tous les jours. Je suis très heureux que des acteurs attentifs comme Bob Vallois, Le centre, que je dirige, l’institut français du Bénin, avec notre partenariat, ont compris que l’art contemporain du Bénin évolue beaucoup. Mes remerciements vont à l’attention de tous ceux qui nous ont accompagnés. Mais ce n’est même pas accompagné, parce qu’on y contribue en tant qu’artiste ; en tant qu’artiste plasticien, on apporte comme tout le monde dans la société. On remercie plus ceux qui ont compris que nous existons et qu’on y contribue. On promet de faire rêver encore notre Nation, de faire comprendre que l’art plastique aussi est une source économique rentable pour grandir tout une société.

Propos recueillis par Rodéric DEDEGNONHOU
Journaliste à l’Agence Bénin Presse (ABP)/
Contributeur Artisttik Africa.Com

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir